Après avoir traduit plus de 100 bandes dessinées coréennes en français, Keum Suk Gendry-Kim crée sa première bande dessinée, « Le chant de mon père » (Ed. Sarbacane, 2012). Tiré du film éponyme, « Jiseul » s ’inspire de la guerre civile et du massacre de Jeju (île au sud de la Corée) en 1948. Elle reçoit le grand prix du concours national de bandes dessinées coréennes en 2016 avec «Mija», histoire sur les femmes coréennes abusées par l’armée japonaise pendant la 2nde guerre mondiale. Elle a également illustré plusieurs livres de jeunesse. Actuellement elle prépare la publication de « Mauvaises herbes » traitant des victimes de la guerre et de leurs vies isolées dans la société d’aujourd’hui. A l’occasion de son exposition au festival Printemps Coréen 2017, nous découvrirons les originaux de ses dessins et de ses illustrations.



26/05/2017 00:00

Après avoir traduit plus de 100 bandes dessinées coréennes en français, Keum Suk Gendry-Kim crée sa première bande dessinée, « Le chant de mon père » (Ed. Sarbacane, 2012). Tiré du film éponyme, « Jiseul » s ’inspire de la guerre civile et du massacre de Jeju (île au sud de la Corée) en 1948. Elle reçoit le grand prix du concours national de bandes dessinées coréennes en 2016 avec «Mija», histoire sur les femmes coréennes abusées par l’armée japonaise pendant la 2nde guerre mondiale. Elle a également illustré plusieurs livres de jeunesse. Actuellement elle prépare la publication de « Mauvaises herbes » traitant des victimes de la guerre et de leurs vies isolées dans la société d’aujourd’hui. A l’occasion de son exposition au festival Printemps Coréen 2017, nous découvrirons les originaux de ses dessins et de ses illustrations.

Contact us

Association Printemps Coréen
15 avenue des Lilas
44400 Rezé / France
+33 (0)6 45 76 58 25
contact@printempscoreen.com

Ifos coréen



Mentions légales
Copyright 2018 Le Printemps Coréen