Exposition peintures, calligraphies et photographies.



16/05/2019 - 02/06/2019 13:30

Nantes Espace International Cosmopolis

Exposition peintures, calligraphies et photographies.

16 mai au 2 juin 2019 – 13h30-18h00 (week-end 14h-18h) – Espace International Cosmopolis

Entrée libre

Exposition peintures, calligraphies et photographies.

16 mai au 2 juin 2019 – 13h30-18h00 (week-end 14h-18h) – Espace International Cosmopolis

Entrée libre

Chang-Rim JI, Young-Hee HONG, Chang Dawn MOON, Nathalie SAVEY, Elisa HABERER, Young-Hee KIM, Jeong-Ja SIN et Jin-Kyoung CHOI.
8 artistes exposent à Cosmopolis… et dans la rue, pour la 7è édition du Printemps Coréen.

Trois artistes plasticiens coréens installés en France, Chang-Rim JI, Chang Dawn MOON et Young-Hee HONG présenteront leurs peintures, fruits d’un questionnement et d’une démarche artistique qui interpellent à la fois notre rapport au monde et la perception que nous avons de notre propre réalité. Deux photographes françaises, Nathalie SAVEY, Elisa HABERER sont parties s’immerger dans la vie coréenne et sont revenues de ces périples avec des visions étonnantes et chargées d’émotions.

Mouvement, geste, déplacement et temporalité traversent le travail de ces artistes et mettent nos sens en ébullition.

Trois artistes coréennes viendront enrichir cette exposition avec une ouverture sur la calligraphie, le dessin et l’artisanat d’art coréens qui oscillent entre virtuosité traditionnelle et audace moderne.

EXPOSITION

16 mai au 2 juin 2019 13h30 -18h00 (week-end 14h -18h)

Espace International Cosmopolis

Entrée libre

Exposition peintures, calligraphies et photographies.

Chang-Rim JI, Young-Hee HONG, Chang Dawn MOON, Nathalie SAVEY, Elisa HABERER, Young-Hee KIM, Jeong-Ja SIN et Jin-Kyoung CHOI.

8 artistes exposent à Cosmopolis… et dans la rue, pour la 7è édition du Printemps Coréen.

Trois artistes plasticiens coréens installés en France, Chang-Rim JI, Chang Dawn MOON et Young-Hee HONG présenteront leurs peintures, fruits d’un questionnement et d’une démarche artistique qui interpellent à la fois notre rapport au monde et la perception que nous avons de notre propre réalité. Deux photographes françaises, Nathalie SAVEY, Elisa HABERER sont parties s’immerger dans la vie coréenne et sont revenues de ces périples avec des visions étonnantes et chargées d’émotions.  Mouvement, geste, déplacement et temporalitétraversent le travail de ces artistes et mettent nos sens en ébullition.

Trois artistes coréennes viendront enrichir cette exposition avec une ouverture sur la calligraphie, le dessin et l’artisanat d’art coréens qui oscillent entre virtuosité traditionnelle et audace moderne.

Chang-Rim JI : Les Lutteurs – Talchum

Ses corps, en perpétuel mouvement s’exhibent sous toutes leurs formes et développent un imaginaire sans cesse renouvelé.

Young-Hee HONG : Faire le point – partitions

Tout en questionnant notre réalité et des liens tissés entre les éléments composant notre environnement, ses œuvres ont presque toujours ce caractère de légèreté aérienne.

Chang Dawn MOON – Cosmos

Il peint ses tableaux comme il crée ses sculptures, en sculptant le temps, en interrogeant la science et l’esprit. 

Nathalie SAVEY – Etre parmi

Un escalier en diptyque devenant un espace imaginé, ces instants saisis sur le vif pourraient être des mise en scènes fictives écrites et ensuite jouées.

Elisa Haberer : Les couleurs des tumili

Partir à la rencontre d’un quartier, d’une ville et de ses habitants. Un jour, à Gyeonju.

Young-Hee KIM : estampes et dessins

peintre traditionnelle coréenne et illustratrice livres jeunesse

Jeong-Ja SIN : calligraphies

Artiste Calligraphe et professeur d'arts à Gwangju

Jin-Kyoung CHOI : design / artisanat d’art

Designer, artisan d'art coréen et professeur d'arts

Chang-Rim Ji

Ces êtres lutteurs, on les découvre peints en tension autour des griffures qui leur donnent silhouette et épaisseur. Debout, à genoux, couchés, renversés, écartelés, noués ; sur un palimpseste hachuré de blessures lumineuses ; comme le sont leurs corps, issus de la même glaise historiée.

Et ces êtres lutteurs ne se prennent qu’après s’être évités, se saisissent entre les inflexibles serres des mains en songeant, chacun, à se dégager soi pour mieuxenvelopper l’autre. Et on les fixe du regard, posé sur la dynamique figée par Chang- Rim Ji, en position de force pour les uns, pour d’autres de faiblesse ou dansl’équilibre fastueux d’un traitement égal.
Jean-Pierre Hanel – poète et critique d'art

Chang-Rim Ji est diplômé en Doctorat d’Arts Plastiques à l’Université Rennes et en Master en Arts Plastiques à l’Université Kyung-ki àSouwon. Il a reçu prix spécial et l’Exposition figurative (Palais de l’Art, Séoul). De 1994 à 2016, il a régulièrement exposé en France, en Suisse et en Corée du Sud. Parmi ces dernières expositions personnelles

2019  Galerie Byul, Busanl, Corée 2019  Galerie United, Séoul, Corée 2018  Exposition municipale Temple du goût, Nantes, France 2017  Galerie TrES, Nantes, France

Je vois dans le corps humain l’origine de ma réflexion, mon expression et mes sentiments. Ces corps, en perpétuel mouvement s’exhibent sous toutes leurs formes et développent un imaginaire sans cesse renouvelé si bien que le corps humain devient un passage obligé vers la visibilité de toutes les formes intérieures, en tant qu’objet et en tant que sujet. Chang-Rim Ji

Young-Hee Hong

L’idée à l’origine de mon travail prend source dans un questionnement sur notre réalité, vue comme un espace caractérisé par la dualité, et qui ne tiendrait qu’en fonction des relations, des liens tissés entre les éléments composant notre environnement. je m’interroge sur la fragilité de l’équilibre et l’incertitude des liens, ce à partir d’images provenant de divers horizons médiatiques : affiches, journaux ou magazines … 
Le projet intitulé «  Faire le point  » met le spectateur face à des images «  effacées  » en partie par des points, qu’il essaie de reconnaître à travers ce filtre imposé. Son imaginaire foule alors un terrain qui devient incertain, qui remet en question des points de vue par essence subjectifs et pris pour acquis.
Young hee Hong


Selection d’expositions personnelles

2017 « Un point c’est tout » : Eglise st-Jean Saverne, France.
2016 « Construire le vide » : Galerie Tokonoma, Paris, France.
2014 « Faire le point » : Galerie Cascade Art Space, Kehl, Allemagne
2010 « L’Archéologie de l’ordinaire » : Centre Européen d’Actions Artistiques Contemporain de  Strasbourg, France.
2009« Blanchiment » : Institut français de Stuttgart, Allemagne.
2003 « Soc’art »:  Wantzenau Golf Club de Strasbourg, France.
2002 « Paysage/dépaysage » : Ferme bleue d’Hanau à Uttenhoffen. 
« Couleurs concertants » : Galerie Espace Suisse, Strasbourg,

Elisa Haberer

Élisa Haberer est une photographe française d’origine coréenne de 39 ans. Etudiante en photographie, elle dédie son travail aux codes de représentation de la photographie de famille et pose la question de la trace et de la narration par l’image. Ces interrogations préfigurent les thématiques constituantes de son travail actuel. Sa photographie est fondamentalement axée sur les histoires humaines et l’exercice du portrait.  En 2009, sa série sur la représentation de soi “Moi, par l’Autre” est exposée à Pékin où elle a vécu 7 ans. En 2013, elle tourne son premier film, “My Lucky Bird”. En 2014, de retour en Corée du Sud, elle réalise un projet photographique sur les traces de ses origines qui devient  “Les Couleurs des tumuli ». Aujourd’hui, elle vit et travaille à Paris, et collabore notamment avec la presse et des institutions culturelles. 

Jin-Kyoung  Choi

Diplômée de l’école supéreure d’arts insdustriels de Chosun, elle a également fait un doctorat sur la laque à la Graduate School of Oriental Culture. Elle est professeur et artisan d’art.

Invitation  exposition et concours

-Concours de design Mudeung, Exposition 10ème anniversaire de Mudeung de la Culture sud-coréenne.

-Exposition de dessins de senteurs, dans le de l’exposition du 60e anniversaire de l'Université coréenne.

-Exposition Asia Art Fair, Gwangju, Biennale Spéciale du design de Gwangju

-Forum international d'information sur la culture et le design coréens, Un échange d'art entre Young et Honam, Comité « Hyundai Art In-Design » de l'Université de Chosun

– Étude sur l'exposition d'art à l'université d'art de Chosun

Une invitation à célébrer le 70e anniversaire de l’ouverture de Université de Chosun

-Exposition du Nouvel An, DMZ Art & Design International, une exposition d'histoires humaines

Récompenses et parcours de carrière

Mudeung Art War Special 

Gwangju Art War Special 

Gwangju, Jeonnam Design Compétition des spécialités du concours d'artisanat et médailles d'argent au vernissage avec Jacqueline Ace meilleur professeur

Professeur invité du Centre des arts Najeon Chilgi de l'Université de Chosun

Professeur invité à l'atelier de laque sur la culture à l'Université de Chosun

Autres distinctions

Membre de la Korean Art Association

Membre de l'Institut d'art de Gwangju

Membre de la Gwangju Jeonnam Design Association

Membre de la Korea Trend Society

Membre du Korea Design Forum

Chang Dawn Moon,

«Au commencement était le Néant… Le trou béant le vide total, le zéro absolu, la solitude… Mais d’où naissent la vie et l’univers? Quelle force met en mouvement les molécules, les atomes qui constituent le socle de la vie ?
Cette question universelle qui sommeille en chacun d’entre nous est le sujet principal que l’artiste coréen Chang Dawn Moon aborde dans son oeuvre.
En utilisant différents médiums et techniques, l’artiste crée des réponses à ses questions propres à nos fondamentaux, des questionnements qui l’envahissent depuis son enfance. Innovateur, il a élaboré ses propres techniques qui lui permettent de créer son univers unique et reconnaissable. Son approche est très minimaliste et sophistiquée à la fois. Sculpteur à la base, en travaillant avec l’espace tridimensionnel, Moon peint ses tableaux ainsi qu’il crée ses sculptures, en sculptant le temps…
L’artiste concentre toute la vie, son mystère et sa beauté dans chacune de ses oeuvres, que ce soit une sculpture ou une peinture, une idée qui l’obsède et qui l’a amené aussi à se répéter.
L’exposition Cosmos est une célébration de l'univers, se proposant d'examiner l'espace de temps qui s'écoule depuis son début jusqu'à son effondrement. Dans son art, Moon interroge la science et l'esprit, la naissance et la mort, le grand cosmos et les minuscules systèmes de vie, les structures des galaxies et les arborescences des végétaux. Moon contemple la science, la morphogenèse et le cosmos avec l’oeil qui est au-delà du regard de l’artiste.Il explore l’évolution qui révèle les forces de la nature et les lois qui déterminent la forme, la structure des tissus constituant l’univers.
Leyla Jefarova – Historienne d'art

Expositions personnelles

2018 Galerie Shchukin Paris    France
Galerie IBUParis    France
Expositions collectives
2018 3 Artistes Galerie Shchukin, Paris, France
« GAN»Bastille Design Center, Paris, France
«Expérience d’artiste»l’AIAP-UNESCO, Monaco

 

Nathalie Savey

«D’habitude, je ne fais pas de photographies dans les villes et des gens, mon point d’observation a toujours été la nature. A Séoul, les ruelles datent d’un passé antérieur à la modernité de l’après-guerre de 1953. Guidée et sensibilisée par mon ami Benjamin Joinau qui vit, parle et travaille en Corée depuis plus de vingt années, il m’a parlé de ses ruelles qui à Séoul sont comme des lieux de résistance à la construction d’hommes géométriques marchant dans des perspectives horizontales
En sortant d’une galerie cette perspective m’a immédiatement attirée. Je retrouvais instinctivement une posture que j’ai toujours eu, mon regard tourné vers le bas puisque je me trouve en hauteur et la construction architecturale est minimale comme dans un tableau de Giotto,
Donc à la manière de Giotto, mon cadre était posé. la construction architecturale de l’escalier en diptyque devenant un espace imaginé, ces instants saisis sur le vif pourraient être des mise en scènes fictives écrites et ensuite jouées mais ce n’est pas le cas. J’ai trouvé dans cet espace, la possibilité de photographier les coréens avec j’espère, la même bienveillance que j’admire dans les visages peints par Giotto.
Pour certains diptyques, on pourrait penser que l’image de droite est l’inverse de celle de gauche car c’est évidemment la même personne dans une posture similaire mais ce n’est pas le cas. Ce « faux » double est pour moi important car j’introduis dans cette représentation de l’autre ma conception et mon ressenti sur la gémellité.»
Nathalie Savey

Expositions récentes et publication – 2019

Ré-flexions exposition collective des acquisitions de l’année 2017/2018 – FRAC Alsace (9 photographies « Les envolées » acquises par le Frac. 
Shanshui Exposition collective de photographies avec Stéphane Spach, Naohiro Ninomiya, Philppe Colignon, Tseng Chi Ming, Yann le Ny à Withoutartgalerie à Strasbourg
« Mutation – Wandlungen. Regards croisés franco-allemands au Hartmannswillerkopf » Avec le photographe allemand Tobias D Kern, une exposition collective à l’Historial franco-allemant deu Hartmannswillerkopf.
Publication d’un livre monographique de photographies réalisés en Corée du Sud en 2016 avec la maison d’édition franco-coréenne L’atelier des cahiers texte de Benjamin Joinau.

Expositions personnelles

2016 Nathalie Savey -Photographies médiathèque de Cernay – mai juin
2015 Nathalie Savey exposition lors de la parution de ma monographie par L’Atelier Contemporain galerie In-Extremis Strasbourg
La rencontre du ciel et des yeux : la cathédrale de Nathalie Savey – Artothèque- Strasbourg  
2013 Les montagnes rêvées – avec Yuko Ohsima percussionniste et Yuko Sato à l’escalier-Brumath 
Break in the clouds – galerie In-Extremis – Strasbourg – mai ateliers ouverts

Young-Hee KIM

Diplômée d’une licence de philosophie, KIM young hee a suivi des formations d’illustration qui ont fait d’elle une illustratrice pour des livres destinés aux enfants. Elle a ainsi illustré des livres comme « Âne enveloppé en papier »,  « Osong et Haneum », « Le tigre et son mortier », etc..

Enfin, KIM young hee a récemment exposé ses peintures traditionnelles coréennes, lors d’un vernissage à Casablanca sur le thème de «korean mood ».

Jeong-Ja SIN

Expositions et récompenses 

Premier écrivain de l'exposition d'art de la Métropole de Gwangju.

Premier écrivain de la grande exposition d'art de Jeollanam-do.

ancien juge du festival d'art d'Eodeung.

Exposition d'échange de calligraphies de Gwangju et Jeju.

Exposition  au festival de calligraphie de Gwangju.

Carrière et autres distinctions

Membre de la Korean Art Association.

Professeur externe d'art céramique à l'université provinciale de Chonnam.

Professeur du Kimpo Dado Museum University.

Nous contacter

Association Printemps Coréen
15 avenue des Lilas
44400 Rezé / France
+33 (0)6 45 76 58 25
contact@printempscoreen.com



Mentions légales
Copyright 2018 Le Printemps Coréen